ARSENE WENGER

Biographie
Nom Arsène Charles Ernest Wenger
Nationalité Drapeau de France France
Naissance 22 octobre 1949 (1949-10-22)
Lieu Strasbourg, Alsace
Taille 1,91 m
Période pro. 1963-1981
Poste Défenseur
Parcours junior
SaisonsClub
1963-1969 Drapeau : France FC Duttlenheim
Parcours amateur
SaisonsClub
1969-1973 Drapeau : France AS Mutzig
1975-1978 Drapeau : France ASVP Strasbourg
Parcours professionnel 1
SaisonsClubM. (B.)
1973-1975 Drapeau : France Mulhouse 56 (4)
1978-1981 Drapeau : France Strasbourg 13 (0)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipeStats
1981-1983 Drapeau : France RC Strasbourg (formation)
1983-1984 Drapeau : France AS Cannes (adjoint)
1984-1987 Drapeau : France AS Nancy-Lorraine
1987-1994 Drapeau : France AS Monaco
1994-1996 Drapeau : Japon Nagoya Grampus
1996- Drapeau : Angleterre Arsenal
 

Palmarès de joueur

Palmarès de Arsène Wenger

Finaliste de la C1 :2006 (Arsenal)                                                    
Finaliste de la C2 :

1992 (Monaco) 

Finaliste de la C3 :

2000 (Arsenal) 

Vainq. de la Supercoupede Japon :

1996 (Nagoya Grampus) 

Vainqueur du Champ.de France :

1988 (Monaco) 

Vainqueur du Champ.d'Angleterre :

1998, 2002, 2004 (Arsenal) 

Vainqueur de la Coupe de France :

1991 (Monaco) 

Vainqueur de la Coupe d'Angleterre :

1998, 2002, 2003, 2005 (Arsenal) 

Vainqueur de la Coupe de Japon :

1995 (Nagoya Grampus) 

Finaliste de la Coupe de France :

1989 (Monaco) 

Finaliste de la Coupe de la Ligue :

2011 (Arsenal)

En tant qu'entraîneur, Arsène Wenger inaugure son palmarès avec l'Association sportive de Monaco. Il obtient le titre de champion de France en 1988 puis devient vice-champion national en 1992. Il remporte également la Coupe de France 1991. Au niveau international, Wenger et Monaco sont finalistes de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe 1992. Pendant ses dix-huit mois au Japon à la tête de l'équipe de Nagoya Grampus Eight, Arsène Wenger est vainqueur de la Coupe du Japon 1995 et de la Supercoupe du Japon 1996.

Il obtient la majorité de ses titres lorsqu'il occupe le poste d'entraîneur de l'Arsenal Football Club. Arsène Wenger remporte ainsi le champion d'Angleterre à trois reprises en 1998, 2002 et 2004. Les autres compétitions anglaises à son palmarès sont la Coupe d'Angleterre remportée quatre fois en 1998, 2002, 2003 et 2005, ainsi que le Community Shield en 1998, 1999, 2002 et 2004. Il est également vice-champion d'Angleterre en 1999, 2000, 2001, 2003, et 2005, dont quatre fois derrière le Manchester United Football Club. Il est aussi finaliste de la Coupe d'Angleterre en 2001 et finaliste de la Coupe de la Ligue anglaise en 2007 et 2011. À cela s'ajoutent deux places de finaliste en compétition européenne dans la Ligue des champions 2006 et la Coupe UEFA 2000. Wenger remporte également des compétitions non-officielles avec l'équipe d'Arsenal comme le Tournoi d'Amsterdam 2005, 2007 et 2008 et l'Emirates Cup 2007, 2009 et 2010.

Autres distinctions

Légion d'honneur, 2002

  • Officier honoraire de l'Ordre de l'Empire britannique (OBE), 2003
  • Prix Pierre-Paul Heckly de l'Académie des sports en 2004
  • Membre du English Football Hall of Fame en 2006.
  • Onze d'or (L'Entraîneur de l'année) : 2000, 2002, 2003 et 2004
  • Docteur ès Sciences de la cathédrale de St Albans
  • Entraîneur français de l'année 1988 avec Monaco
  • Meilleur entraîneur de la décennie par la fédération internationale de l'histoire et des statistiques du football : 2001 - 2010.
  • Nomination au prix d'entraîneur de l'année FIFA 2010
  • Entraîneur du mois de Premier League en mars 1998, avril 1998, octobre 2000, avril 2002, septembre 2002, août 2003, février 2004, août 2004, septembre 2007, décembre 2007, février 2011 et février 2012.

 

Arsène Wenger, né le 22 octobre 1949, est un footballeur français qui évolue au poste de défenseur entre les années 1963 à 1981. Après sa retraite de joueur, il occupe les fonctions d'entraîneur. Il dirige actuellement le club anglais d'Arsenal.

Sa carrière de joueur professionnel s'étale sur près de vingt années, pendant lesquelles il porte les couleurs de cinq clubs alsaciens. en 1963, il joue avec le FC Duttlenheim, club qu'il quitte six ans plus tard pour le club amateur de l'AS Mutzig, club de CFA puis de National, l'année suivante. Il y reste quatre ans avant de s'engager avec le FC Mulhouse, club où il va jouer en tant que professionnel tout en gardant une licence amateur, à l'âge de 24 ans. Après 56 matchs et 4 buts, en seconde division avec le FCM, il retourne dans sa ville natale par l'intermédiaire de l'ASVP Strasbourg. En 1978, Wenger est transféré au RC Strasbourg, alors en première division, il y termine sa carrière de joueur avec seulement 13 matchs au compteur, en trois ans. Au cours de sa carrière de joueur, Wenger dispute 69 matchs professionnels et remporte cinq compétitions, trois coupe d'Alsace, une division d'honneur et un championnat de France.

En 1981, après une carrière assez sobre, il obtient son diplôme d'entraîneur et prend les rênes du centre de formation du RC Strasbourg. Deux ans plus tard, l’AS Cannes l'engage comme entraineur adjoint, au côté de Jean-Marc Guillou. Il y reste jusqu'en 1984. À cette date, Aldo Platini, l'ancien directeur sportif de l'AS Nancy-Lorraine l'attire vers la Lorraine. Après trois saisons passées avec Les chardons, il est intronisé par l’AS Monaco au poste d'entraîneur pour succéder à Ștefan Kovács. Sa vision du jeu fait recette, le club de la Principauté remporte la même année le Championnat de France. Malgré une Coupe de France remportée avec le club monégasque en 1991, Arsène Wenger est remercié par Monaco, en 1994 après une série de mauvais résultats, en début de saison. Il rebondit en janvier 1995 au Japon via le Nagoya Grampus. Wenger et son équipe permettent au club japonais de gagner ses deux premiers titres, la Coupe de l'Empereur en novembre suivit quelques mois plus tard de la Supercoupe du Japon en 1996.

Wenger débarque au Arsenal FC, en 1996, à la plus grande surprise des médias britanniques mais deux ans plus tard il réalise le doublé coupe-championnat. En 2001, il hisse les Gunners jusqu'en finale de la Coupe UEFA et de la Coupe d'Angleterre. Puis un an plus tard, il réedite le doublé coupe-championnat. L'année suivante, les hommes de Wenger conservent leur titre en coupe d'Angleterre. Lors de la saison 2002-2003, il remporte pour la deuxième fois la Premier League suite à 38 journées de championnat sans la moindre défaite. Sous les ordres de Wenger, en 2006, Arsenal participe pour la première fois à une finale de ligue des champions et devient en même temps le premier club londonien à disputer cette finale. Durant son mandat d'entraîneur, Arsenal a changé de centre de formation et a déménagé à l'Emirates Stadium, après 93 ans passés à Highbury.

Le surnom Le Professeur est utilisé par les supporters et les médias britanniques afin de refléter l'attitude studieuse d'Arsène Wenger. Son approche du jeu met l'accent sur une mentalité offensive. Si les Gunners de Wenger ont souvent été l'objet de critiques qui stigmatisent leur indiscipline, ses joueurs ayant reçu 80 cartons rouges entre septembre 1996 et octobre 2010, l'équipe a malgré cela remporté de nombreux prix de fair-play. À l'AS Monaco, Wenger gagne la réputation de repérer les jeunes talents. Concernant sa politique d'achat, il préfère investir sur des jeunes joueurs à potentiel au lieu d'acheter cher des joueurs expérimentés.

Jeunesse et carrière de joueur (1949-1981)

 
Natif de Strasbourg, Wenger passe sa jeunesse dans le village de Duttlenheim.

Arsène Wenger naît d'Alphonse et de Louise Wenger, le 22 octobre 1949, à Strasbourg (Bas-Rhin). Il a un frère et une sœur aînée[3]. Dans son enfance, la famille Wenger habite à Duttlenheim, situé à environ 21 kilomètres de sa ville natale, dans la rue Géneral de Gaulle. Dans cette même rue, on y trouve un bistrot intitulé La Croix d'Or que tiennent ses parents. Son père dirige en même temps un autre commerce qui vend des pièces détachées pour automobiles.

Arsène Wenger considère son enfance « comme étant élevé dans un kibboutz » car tout le monde prenait soin des enfants dans son village. En 2009, lors de la réunion de l'association des managers de la ligue anglaise, il déclare :

« Il n'y a pas de meilleure éducation que de grandir dans un bistrot. Quand on a cinq ou six ans, vous rencontrez toutes sortes de personnes et vous entendez combien cruels ils peuvent être les uns avec les autres. Ce n'est pas courant qu'un garçon de cinq ou six ans vive toujours avec des adultes dans un petit village. J'ai appris question tactiques et sélection de ces gens qui venaient dans le bistrot et qui parlaient tout le temps football, de qui devait jouer sur l'aile gauche et de qui devait être dans l'équipe. »

— Arsène Wenger,

Enfant, après l'école, Wenger, étant un féru de football, passe ses journées à joueur au football ou à regarder des matchs dans le bistro de ses parents, qui était le lieu de rendez-vous du FC Duttlenheim, entraîné alors par son père. Selon Alphonse, Arsène débute le football vers l'âge de 6 ans. Peu de temps après, il participe à des rencontres en Allemagne, où il occupe une affection en faveur du Borussia Mönchengladbach[7]. Comme l'Alsace était une région très croyante en la religion catholique, Wenger, comme les autres enfants qui jouaient au football, devait souvent demander la permission du prêtre afin de manquer les vêpres (prière du soir).

Étant donné que la population de Duttlenheim était en manque de joueurs, il s'avérait difficile de former une équipe d'une même tranche d'âge. À cause de cela, Wenger ne put intégrer le club de son enfance qu'en 1963. C'est dans le club de Mutzig, que Wenger entame sa carrière de joueur de football. Il est repéré par Max Hild, alors l'entraîneur, lors d'un match à Obernai face au FC Duttlenheim, comptant pour le Challenge Marcel Laugel (Espoirs). En quittant son club de toujours, Wenger passe de la D2 départementale au CFA. Au début Wenger a du mal à s'adapter à sa nouvelle situation, lors de son premier match contre l'ASM Belfort, il est tendu et nerveux, mais après un mois de travail et de matches, il s'impose en tant que milieu de terrain.

En un bref laps de temps, il intègre l'équipe de France universitaire, où il y côtoie Jean-Luc Arribart, grâce à Jean Dufour qui le sélectionne suite à un match de présélection à l'INSEP. Son premier match à lieu le 15 avril 1973, à Abidjan, dans la moiteur du Stade Félix-Houphouët-Boigny. Il connaît par la suite quatorze autres sélections, entre 1973 et 1976. En 1973, il rejoint le FC Mulhouse, alors manager par Paul Frantz. Par ce transfert, il entreprend ses premiers matchs professionnels tout en conservant une licence amateur, et fait des études à la Faculté des sciences économiques et de Gestion à l'Université de Strasbourg. En 1974, il obtient son diplôme, en ayant une licence en sciences économiques. Dans ses études , Wenger prend conscience de l'importance et de l'utilité de parler l'anglais, il s'inscrit donc à l'université de Cambridge pendant trois semaines. Après deux saisons passées avec le FCM, au cours desquelles, il participe à 56 rencontres, en division 2 pour un total de 4 buts, il rejoint l'ASVP Strasbourg, sur la demande de son ancien entraîneur à l'AS Mutzig, Max Hild dans le but de combler les lacunes qui se trouvaient au milieu de terrain. Ce club se trouvait alors en 5e division, au départ de Wenger, soit trois ans plus tard, les Pierrots ont intégré la 3e division et ont remporté une coupe d'Alsace et une division d'honneur, ces deux titre ont été remporté en 1977.

Son dernier club est le RC Strasbourg. Max Hild, nouvelle entraîneur du centre de formation et directeur du centre de formation, fait de nouveau appel à lui car selon Hild, il manquait un stabilisateur au milieu de terrain et aussi pour encadrer les stagiaires de l'équipe réserve, en étant leur capitaine. Gilbert Gress, alors entraîneur de l'équipe première du Racing, le sélectionne pour la rencontre comptant pour la 22e journée contre l'AS Monaco, cette rencontre marque sa première apparition en Division 1. Cinq jours plus tard, il est entreprend son premier match en compétition européenne par l'intermédiaire de la Coupe UEFA, en étant titulaire. Il joue quatre jours plus tard, son dernier match de la saison, au cours duquel il est remplacé par Joël Tanter. À la fin de la saison les strasbourgeois sont sacrés champion de France tandis que l'équipe réserve et Arsène remporte la coupe d'Alsace. Au cours de sa deuxième saison, Wenger ne joue qu'un match, face au Nîmes Olympique. Pour sa troisième et dernière saison comme joueur, il dispute 8 matchs, en division 1, dont 7 comme titulaire, et joue son premier et dernier match en coupe de France, c'est par ailleurs son ultime match dans sa carrière de joueur.

Carrière d'entraîneur (1981-)

Selon Max Hild, Wenger ne voulait pas faire du football son métier, c'est pour cela qu'il a toujours été sous une licence amateur. Il devait prendre la succession de La Croix d'Or, mais Hild incite Wenger à passer son diplôme d'entraîneur, après qu'il eut trouvé un accord avec son père concernant le restaurant familial. La première équipe qu'il entraîne est le centre de formation du RC Strasbourg, mais il ne faisait que remplacer Hild durant ces déplacements pour le recrutement des professionnel. En 1983, il fait un bref passage avec les cannois de l'AS Cannes en étant l'entraîneur adjoint de Jean-Marc Guillou, le club était alors en seconde division dans le groupe A. Il termina à la fin de la saison 6e avec au total 40 points, soit à 16 points du premier, l'Olympique de Marseille.

Entraîneur à Nancy et à Monaco (1984-1994)

Sa première véritable expérience d'entraîneur est à l'AS Nancy-Lorraine, en 1984, où Aldo Platini (père de Michel Platini) le fait venir, alors directeur sportif des nancéiens, suite à la démission d'Hervé Collot, en le faisant signer un contrat de 3 ans[21]. Son premier match officiel sur le banc des Chardons se joue le 17 août 1984 face au Paris Saint-Germain, cette rencontre est remporté 4 buts à 2 en faveur des hommes de Wenger. À la fin de la saison, l'ASNL occupe la 12e place, soit trois place au dessus que lors de la saison précédente. Parallèlement, en coupe de France, les nancéiens sont éliminés par le Paris Saint-Germain, en huitième de finale, suite à une victoire, 1-0 à l'aller et une défaite, 0-4, au retour. Cependant, pour le compte de sa deuxième saison à la tête de Nancy, Wenger et son équipe termine à la laborieuse 18e place et dispute donc les barrages aller-rerour contre le FC Mulhouse, lors du premier match les Chardons remporte ce dernier sur le score de 3-0 tandis qu'au retour le FCM leur inflige une défaite de 2-0, malgré cette déroute, il reste en première division. Concernant la coupe de France, les hommes de Wenger sont éliminés dès leur entrée en lice par le RC Strasbourg. Pour sa troisième saison aux rênes de l'ASNL, il annonce, dès le début de la saison qu'il démissionnera, à la fin de la saison pour rejoindre l'AS Monaco, en division 1 les nancéiens obtiennent la calamiteuse 19e place et sont directement relégués en division 2, tandis qu'en coupe de France sont de nouveau éliminés par le Paris Saint-Germain, comme en 1986, cette fois en seizième de finale. Suite à ces mauvais résultats, il quitte les Chardons par consentement mutuel. Après son départ, Aldo Platini évoque que ce n'était pas de sa faute que les nancéiens soient relégués mais du manque de renfort due au manque d'argent.

Dès son arrivée, au club de la principauté, 8 joueurs quittent le club en revanche il recrute cinq joueurs dont le milieu de terrain anglais, Glenn Hoddle, venu libre en provenance de Tottenham, le défenseur français, Patrick Battiston en fin de contrat avec les Girondins de Bordeaux, Mark Hateley transféré de l'AC Milan, ce dernier fut encouragé à rejoindre le Rocher suite au transfert de son compatriote, en sélection nationale, les français Fabrice Mège et Rémy Vogel, tous deux venu du RC Strasbourg.  Sa première rencontre à la tête de l'ASM, se dispute face à l'Olympique de Marseille, le 18 juillet 1987, match remporté 3-1, à domicile. Grâce à leur 4-4-2 en losange, les hommes de Wenger sont sacrés champions d'automne, lors de la deuxième partie de la saison les monégasques vont se contenter de gérer leur avance et d'ainsi remporter la division 1, par ce titre Wenger remporte son premier titre en tant qu'entraîneur, en devançant de six points leur concurrent direct au titre, les Girondins de Bordeaux. Par contre, en coupe de France, leur parcours s'arrête en seizième de finale après une défaite face à l'OGC Nice.

Durant sa deuxième saison, avec les Les rouge et blanc, Wenger est renforcé par quatre arrivées, dont celle l'attaquant libérien George Weah, mais est affaibli par quatre départs. À la trêve hivernale, le club est 5e, mais termine sur la dernière marche du podium à la fin du championnat malgré un meilleur rendement offensif que sur la dernière édition, grâce à notamment George Weah et Glenn Hoddle qui cumulent à eux deux 32 réalisations. dans cette saison Wenger joue sa première ligues des champions, les monégasques seront éliminés face au turc de Galatasaray. Leur parcours en coupe de France est un succès puisqu'il atteigne la finale mais la perde malheureusement au profit des marseillais. Au cours de cette saison, L'AS Monaco et l'Olympique de Marseille, vont se tisser une rivalité. De 1990 à 1993, le championnat de France et Monaco vont subir la domination de l'OM qui remporte 4 titres de champion de France (dont un qui lui sera dépossédait). Les hommes de Wenger vont d'abord finir troisième en 1990 avant d'être le dauphin de l'OM pendant trois saisons jusqu'en 1993 où il termine de nouveau troisième. Durant les saison de 1989 à 1993, l'ASM, mené par Wenger, atteint les demi-finale de la coupe des coupes puis l'année suivante remporte la coupe de France au profit de l'OM, un an plus tard il accède, à la finale de la coupe de France, mais la finale n'eut pas lieu en raison de la catastrophe de Furiani, auparavant, et accède, l'année suivante, aussi à la finale de la coupe des coupes, rencontre perdu 3-0 face au Werder de Brême. En 1993, Wenger et son équipe sont éliminés en coupe de France en huitième de finale, puis à la saison ultérieur ils terminent pour la première fois depuis son arrivé en dehors du podium, à la 9e place. Mais les monégasques sauvent l'honneur en étant évincer de la ligues des champions en demi-finale par le Milan AC, futur vainqueur. En 1994, le Bayern Munich tente d'enrôler Arsène Wenger, mais Monaco et Wenger refuse cette proposition, mais un début de saison calamiteux, et Wenger est démis de ses fonctions par le président du club, Jean-Louis Campora, suite à un mauvais début de saison . En 2001, il déclare que l'affaire VA-OM l'a incité a quitté la France.

Rebond au Japon (1994-1996)

En janvier 1995, il rebondit au Nagoya Grampus, un club qui arpente les fins fonds de la J. League. Dès son arrivée, il engage un nouvelle entraîneur adjoint, Boro Primorac, l'entraîneur du Valenciennes FC avec qui il s'était amitié en 1993. Durant le mercato, il va recruter trois joueurs avec une expérience conséquente, les français Franck Durix et Gérald Passi, venu respectivement en provenance de l'AS Cannes et de l'AS Saint-Étienne, et recrute aussi le japonais Tetsuya Asano, transféré de l'Urawa Red Diamonds. Son premier match à la tête du Nagoya, se joue le 18 mars 1995 à l'occasion du championnat japonais, ce match se clos par une défaite 3-1 face au Gamba Osaka, le championnat du Japon se jouait en deux phases, la Suntory tour et la Nicos tour, à la première phase il termine quatrième tandis qu'a la deuxième phase il termine deuxième mais n'est cependant pas qualifié pour la finale du championnat. Parallèlement, le Nagoya de Wenger remporte la coupe du Japon après une victoire 3-0, face au Sanfrecce Hiroshima. Saison terminé, Wenger est élu meilleur entraîneur de la J. League.

Après sa première saison réussi, basé sur un mélange de joueurs d'expérience et de jeunes pousses, sa deuxième saison, aux rênes du club japonais, est celle de la confirmation, il remporte la supercoupe du Japon au profit du Yokohama F·Marinos. Il quitte en cours de saison, en septembre le Nagoya Grampus, qui terminera vice-champion du japon.

Entraîneur à Arsenal (1996-)

Quand l’entraîneur d’Arsenal, Bruce Rioch est remercié en août 1996, les rumeurs vont bon train sur qui sera le nouveau patron d’Arsenal. Le 28 septembre 1996, Arsenal confirme l’emploi fixe d’Arsène Wenger, et le 1er octobre 1996, Wenger entre officiellement en fonction et devient le premier entraineur étranger des Gunners. Wenger est totalement inconnu en Angleterre, et le journal anglais London Evening Standard souligne ceci en titrant sa une « Arsène Who? ».

Statue d'Arsène Wenger à l'Emirates Stadium

Arsenal finit troisième au classement dès la première saison de Wenger. En 1998, il conduit Arsenal au doublé coupe-championnat devenant le premier entraîneur non britannique à réaliser un tel exploit.

Les saisons suivantes sont marquées par des échecs. Wenger se décide donc d’acheter de nouveaux joueurs. Les transferts les plus importants furent l’achat de Sol Campbell, Fredrik Ljungberg, Robert Pirès et Thierry Henry, qui devient au fil des années l'un des tout meilleur joueur de l'histoire d'Arsenal. Ces joueurs mènent Arsenal à de nouveaux triomphes. Lors de la saison 2001-02, Arsenal réussit le doublé pour la deuxième fois avec Wenger.

Au terme de la septième saison de Wenger, Arsenal gagne le championnat d’Angleterre tout en restant invaincu pendant toute la saison, performance réalisée une seule fois précédemment par Preston North End Football Club (et encore, cette performance n'avait été réalisée que sur une saison de 22 matches lors de la saison 1888-1889). Or, Arsenal resta invaincu pendant 49 matchs en championnat (toute la saison 2003-04 et une partie de la saison 2004-05 avant de s'incliner 2-0 contre Manchester United lors du 50e match).

En 2006, Wenger se voit offrir un « contrat à vie » par David Dein, le vice-président d’Arsenal, qui informe que Wenger se verra proposer un travail dans l’administration d’Arsenal quand il arrêtera son travail d’entraîneur. Pourtant, la démission du vice-président d'Arsenal David Dein en 2007 a alimenté la rumeur du départ d'Arsène Wenger en raison du fort attachement des deux hommes mais l'Alsacien a finalement prolongé son contrat avec Arsenal jusqu'en 2011. S'il applique le contrat jusqu'à son terme, il deviendra alors l'entraîneur détenant le record du nombre de matches dirigés pour Arsenal.

 
Wenger salue la foule

Insulté par les supporters de Manchester United lors de la défaite d'Arsenal contre les Red Devils, le 29 août 2009 (1-2), Arsène Wenger a reçu le soutien de Sir Alex Ferguson qui s'est fendu d'une lettre ouverte aux supporters de MU, leur demandant de mettre fin à leurs chants haineux contre son collègue. « Assieds-toi, pédophile ! », avait entonné une frange du public d'Old Trafford, en rapport avec la volonté de Wenger de miser sur la formation de jeunes joueurs talentueux.

Le samedi 31 octobre 2009, il atteint un total de 1000 points gagnés en Premier League avec Arsenal.

Arsène Wenger est également un contributeur du magazine officiel d'Arsenal (Arsenal Official Magazine), où il exprime notamment son avis sur la forme actuelle de son équipe.

Arsène est à ce jour le seul entraîneur à avoir perdu trois finales de Coupe d’Europe dans trois compétitions différentes : d’abord lors de la Coupe des Coupes 1992 avec l’AS Monaco puis lors de la Coupe de l’UEFA de 2000 et de la Ligue des Champions 2006 avec Arsenal.

Politique d’achat

Sa politique consiste à recruter de jeunes talents inconnus pour un prix raisonnable comme Cesc Fabregas, puis de les transformer en stars. Il se tient à cette politique car il préfère faire éclore lui-même des talents, au lieu d’utiliser des millions d’euros en achetant des joueurs déjà célèbres. On note aussi que depuis des années, une grande partie de l'effectif des Gunners est francophone.

Philosophie de football

Alors que Wenger avait une philosophie très défensive comme joueur, il promeut comme entraîneur un football offensif, avec notamment l'usage de passes courtes et rapides, ainsi que de nombreuses déviations.